[Art.1] Cherche pas, t’as tortPrend 8 minutes de ta life à lire

28541_bigTon cerveau, c’est Hollywood. Un tas de scènes bien montées, avec dedans tout plein de mecs bien montés, ou de mariages et de pièces montées, selon ton envie. Ske tu vis ne constitue que 10% de l’intégralité d’un « événement ». Je te laisse calculer le reste. Et ça constitue quoi, le reste ? Eh bin, ske t’en fais…dans ta tête. 
Voilà pourquoi on a vite capté que les témoignages sont très rarement proches de la réalité.
Mais toi, t’es Saint Thomas mon poto, t’es pas fou : tu sais ce que t’as vu.
Si t’as pas envie de mater un docu de 90mn sur les Aliens, tu pourras peut-être t’identifier avec le dialogue suivant :

De préférence dans la rue, vers 2 h du mat’. Quand c’est bien silencieux autour.

« Nan mais azy, je SAIS qu’ tu lui a sucé la teub au gars !! Ça se voit dans tes yeux !! J’ai 2 grammes dans chaque bras mais je sais quand même reconnaître une pute quand je la vois, hein. »
Hein, hein, hein… c’est l’écho entre les immeubles, ce que tu entends.

« Non. Pas sucé la teub moi.»
T’as très envie de rajouter : « si je suis une pute alors c’est qu’on s’est bien trouvés » Mais bon, tu ne peux pas, sinon tu critiques, et ça, c’est direct roulage-dans-son-pipi en couinant à la maltraitance. Dans la rue, devant tout le monde, en plus. Non vraiment, quel manque de respect. Soyons sérieux.

Revenons à notre dialogue entre deux être fous d’amour, si tu veux bien.

« Azyyyy, bon bah alors un ptit bisou, hein, ça c’est pas trop trop grave je vais te dire, t’as juste à me l’avouer et ça franchement, je te pardonnerai di-rect.»
« Non. Pas bisou non plus, juste rien.»
« Ouais mais là tu vois, tu deviens suspect/e à répéter « non » tout le temps, je le sens pas là : ça prouve que tu mens. AZY CRACHE, CATIIIIN ! »

Rien à faire dans ce cas là, hein ?
Sachant qu’en plus d’être naturellement con, l’humain est la plupart du temps défoncé à quelque chose (binouze, kawa, prozac, beuer, taf, cul, sport, infos, Bible, etc.).
Sachant Bis qu’en plus d’être con et défoncé, l’humain a plein de besoins, qui vont de « faire pipi » à « sauver le monde ». Et que pour combler ces besoins, malheureusement, l’humain a aussi besoin d’autres humains autour de lui.

maslow
Faire pipi c’est en bas; sauver le monde, tout en haut.

Pourtant, aujourd’hui, t’en es fort fort convaincu : t’as pas besoin d’autrui. C’est ta réalité, ton monde, ta bulle, ton confort. T’as mis un joli tapis persan au sol, le même sur lequel tu baises rythmiquement tout ce que tu trouves sur Tinder ou sur Adopte pour oublier ton ex.
Et pourtant, tu sais, quelque part bien au fond, que tout va te revenir dans la gueule un beau jour, et que ta réalité changera, que tu le veuilles ou non. Comme par exemple, le jour ou tu te feras tamponner par un 3t5 et monteras rendre ton rapport à [insert nom de ton Dieu ici].
En attendant ce jour béni, ton cerveau, le truc que t’utilises pour lire ce post, est configuré pour faire deux choses principalement : s’adapter, et apprendre.
C’est comme ça que tu sais par expérience que ça te met pas forcément de bonne humeur de taper une crise de jalousie mode cassos’, mais que tu le fais quand même chaque dimanche.
Alors, pourquoi tu le fais ? Easy : pasque tu es absolument convaincu du truc. Enfin, sur le moment, en tout cas. enfin, t’étais pas tant convaincu, mais ya eu un ou deux trucs que t’as pas senti, et qui t’ont finalement convaincu.

En vrai, tu es convaincu par un vieux pote qui te connaît très très mal : ton ego.

L’ego, c’est la flemme à l’état pur. Tu sais très bien que ça serait mille fois plus utile à long terme de lever son cul, choper l’aspiro enseveli sous une tonne de merdes, le brancher, et aspirer la putain de poussière une bonne fois pour toutes. Ton ego, c’est le pote qui va te dire « bah t’emmerde pas, soulève le tapis et balaie en dessous, ça se verra pas ». Sur le moment tu vois ça comme une idée somme toute pragmatique, mais tu choperas une jolie pneumonie le jour de ton déménagement.

Je sais, tu commences à avoir chaud au cerveau justement, mais t’arrête pas en si bon chemin.

Ton ego, tu commences à capter doucement, il n’a pas que des qualités. Il est revanchard –se souvient de tout-, manipulateur –veut arriver à ses fins. En plus de ça il est YOLO complet : il n’a ni remord, ni peur des conséquences. Mais il te fait te sentir beau, unique, immortel, puissant et tout le barda, alors tu n’oses pas le unfollow.
Donc ce sale bâtard, t’injoncte de te lier avec des gens qui kiffent la vaïbz comme toi, qui Te comprennent vraiment. C’est bon, on est po-posay, on bouge plus. Pu besoin d’apprendre pour s’adapter. Et avec quels humains tu vas traîner ? Avec ceux qui adorent un de ces trucs : la binouze, le kawa, le prozac, la beuer, le taf, le cul, le sport, les infos, la Bible. Par exemple. Comme de par hasard, toi qui es siiii ouvert d’esprit méga top fun cool, c’est le même kiff que tes meilleurs potes ont.
Et plus tu squattes avec des clones de toi-même, plus tu deviens convaincu que puisque d’autres partagent ta façon de voir la vie, alors, c’est que t’as raison sur tout le package : nan, maman ne t’aimait pas autant que ton frangin ; nan, t’aurais jamais pu devenir une Rock Star de toutes façons ; nan, tu recroiseras jamais cette meuf qui t’avait tapé dans l’œil ya un mois au Panda Bar.
Mais oui, bien sûr. Tu sais tout toi. Tu as déjà vécu ça, donc on va pas te la refaire à l’envers. Convainc-toi bien de tout ça, et écris moi dans 2 ans me re-raconter ce que tu en penses. Je sais pas pourquoi, je sens que jvais bien rigoler.

Tu te demandes toujours de quoi je cause avec ma grande bouche ? Jvais te le dire en plus simple : ton cerveau se fout de ta gueule, et dans les grandes largeurs. Il te fait croire que tu comprends la life, que tes « valeurs » sont les bonnes, et il va te retirer la seule chose qui te rend vraiment libre : ton esprit critique. Comme tu l’as vu dans notre dialogue, la critique, c’est pas connoté hyper positivement en ce moment. Critique = méchant. Ce qu’on oublie, c’est qu’à la base, une critique, c’est pas un combat pour imposer une idée. Une critique, c’est un audit. C’est une recherche de toutes les caractéristiques d’un truc, et une évaluation de ce truc par rapport à certaines normes (je sais que tu as le poil qui se hérisse à la lecture de ce mot, t’inquiète, on y reviendra). Le but ? Essayer de déterminer si on se comprend, oui ou merde. Et comment on peut améliorer ça, si jamais la réponse est « merde ».

destinee
C’est un Hipster à stache qui l’a dit en sortant de Fitlane, alors Camembert.

Soyons sérieux deux secondes : si on se comprenait, en mode télépathie et tout, ou mieux, si on partageait les mêmes valeurs, tu crois qu’on aurait besoin de tribunaux ? De psys ? De partis politiques ? De Pascal « au secours-ma-famille-a-besoin-d’aide » ? De Jean-Luc Lahaie ?
Crois-moi, tout le monde, je répète, tout le monde, à tout âge, je répète, à tout âge, pense détenir la clé du Paradis (ou tout autre lieu métaphorique). Et je pense pas que ta clé et celle de Jean-Luc se ressemblent des masses. Pourtant, c’est ce que l’ego finit par te refiler, gratos en plus : une Idéologie, autrement appelé « système unique de croyances ». Et cette idéologie te permet désormais de n’utiliser ta logique que dans le but de valider ces croyances, te mettant dans des cases mentales de plus en plus étriquées.

Et tu finis par dire à quelqu’un : t’es trop chelou toi, tu penses même pas à cotiser pour ta retraite. Ou « tu vas pas porter ça, quand même ? ». Tu peux même finir par écrire ça : ego atomisateur

Ton ego t’apprend à protéger ton cul, de toutes les manières possibles. Et sa manière favorite, c’est de travestir les faits pour que ton histoire s’adapte à la signification que tu en as faite. Et pas le contraire, comme ça devrait. Exemple : « T’as dit quoi là ? Je suis un connard de fils de pute ?? ». « Mais non chaton, j’ai dit « T’es mon ptit canard en sucre. » La classique. Ca fluidifie bien la communication, ce genre de merdes.

Facebook en est un exemple flagrant, et ce monsieur l’explique bien mieux que moi.

Conclusion : la première personne en qui tu ne dois pas faire confiance, c’est bien toi-même.

Pasque crois-moi, tes jolies valeurs, la clé de ton Paradis mental, ta belle petite vie de mytho, pourrait vite voler en éclats. N’importe quel changement d’équation, comme une rencontre, un divorce, un crédit, une chirurgie esthétique ou même une bonne grosse dictature, peut te déstabiliser la psyché. Je dirais même qu’un simple déménagement suffira, lors duquel tu choperas ta fatale pneumo.

Alors sors l’aspiro, bébé.

Facebook Comments
 

2 commentaires à propos de “[Art.1] Cherche pas, t’as tortPrend 8 minutes de ta life à lire

  1. Coucou Furax, (je peux vous ou t’appeler Fufu, c’est moins cordial mais ça permet, je crois de ne pas entré dans un dialogue froid avec des allures d’affrontement ou de guerre de position lors d’échange d’opinion…mais je m’égare avant d’avoir commencé ^^ »)
    J’ai beaucoup apprécié ce premier article mais comme à chaque fois que quelque chose me plaît (bouquin, repas, film, parfois jeu, etc…) je trouve toujours une liste de truc qui mon agacer, et tant mieux d’ailleurs ^^.

    Alors voilà, bien que le ton soit humoristique, et que la forme soit… contemporaine, il s’en dégage une certaine agressivité, cela sert la compréhension du pseudo et stimule surement les lecteurs qui se disent « comment ose-t-il(ou elle) me manquer de respect moi qui sait tout :3 » mais j’ai l’impression que cela ne piquera que l’égo des plus fiers, les autres en revanche pourrais se sentir un peu agressés (oui je fais de mon cas une hypothétique généralité et alors ?! >o<).
    Ensuite dans ces quelques lignes particulièrement :
    " nan, maman ne t’aimait pas autant que ton frangin ; nan, t’aurais jamais pu devenir une Rock Star de toutes façons ; nan, tu recroiseras jamais cette meuf qui t’avait tapé dans l’œil ya un mois au Panda Bar.
    Mais oui, bien sûr. Tu sais tout toi. Tu as déjà vécu ça, donc on va pas te la refaire à l’envers. Convainc-toi bien de tout ça, et écris moi dans 2 ans me re-raconter ce que tu en penses. Je sais pas pourquoi, je sens que jvais bien rigoler." _Furax
    tu dis au lecteurs qu'il se crois nécessairement supérieur/omniscient et qu'il se fout le dois dans l’œil, non sans une certaine antipathie. J'imagine que c'est pour le secouer et le faire redescendre sur Terre et lui dire "mais remet toi en question B*rdel !" Mais l'effet est le suivant : J'ai des principes et des convictions que j'ai choisi suite à une réflexion engendrée par l’apprentissage et le vécu. Si je tente de m'opposer au fait que tu me "juge" sans me connaitre et que que je tente de même de te prouver que tu trompe sur mon compte, tu pourra toujours rétorquer : "tu vois, c'est ce que je disais, tu crois tout savoir !" hors ceci bloque la réflexion et étrique une penser car, quoi qu'on fasse et peu importe le contenu du contre argument que l'on te présentera ton argument s'auto suffira… Pour résumer avec les 8 premiers mots du second paragraphe et un ton satirique, tu réduit au silence ton interlocuteur, en faisant exactement ce que tu lui reproche : se croire au dessus de lui en terme de vérité universelle !
    Néanmoins, pour le sport je vais essayer de justifier mes convictions quelles qu'elles soient J'essaie d'apprendre de mes erreurs, et étant très pessimiste, je tente de soigner une sorte de dépression surement pas bien méchante mais un peu longuette… j'essaie de sourire au gens même si je n'en ai pas envie, j'opte pour un peu de couleur de temps à autre plutôt que du noir et du gris, je varie mes lectures pour lire parfois des choses plus légères, je m'oblige à sortir plus souvent, et en effet je me permet un peu d'espoir dans lequel je ne crois pas vraiment de par ma nature mais qui à terme peuvent me faire sourire un peu plus souvent et me donner un peu de "courage" comme les gens disent. Donc peut-être que je ne reverrai jamais cette fille du PandaBar mais si au moins 1 nuit par semaine est agréable parce que j'émet un doute sur ton affirmation, je pense qu'il n'est pas mauvais de le faire et de laisser mon cerveau me bercer un peu…

    Bon ça fait déjà un sacré pavé truffé de faute d'orthographe que tu vas t'arracher les cheveux à remarquer, j'espère avoir été clair (avec ma tête et ma manière d'écrire c'est pas toujours facile), et te souhaite bonne continuation ^^

     
    • Merci beaucoup pour ton commentaire tout à fait justifié. Ce blog étant avant tout une auto critique, il se veut, bin… critique. Piques, pipeau, et Lévitation! Tu verras au fil des articles, que le but est bel et bien le mieux-être. Mais avant de passer la pommade, il faut un bon gommage bien corrosif. C’est ce que je me propose de fournir au lecteur qui comprendra, s’il supporte la douleur, qu’il peut être qui il veut et faire ce qu’il veut, du moment qu’il arrête de se mettre des fausses conceptions de lui-même dans le crâne. Bien entendu, plus le blog ira, plus tu trouveras des applications pratiques pour être heureux et posay, des choses que tu pourras mettre en place au quotidien, moins spirituelles mais certainement bien plus efficaces que mes jugements hâtifs et non consensuels 😉 Bonne lecture!

       

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*