[CLE12] Tuer tes croyances et guérir ton coeur en 4 questions12 min read

13 minutes

work-byron-katie-en-vouloir-a-quelquunD’accord, on va faire simple pour ce tuto, t’es fatigué, je comprends. Avoir la haine, ça fatigue. Laisse-moi encore un tout petit peu te retourner le cervelet, ok? Ça prendra pas longtemps. Nan jrigole, c’est vachement long en fait. Ça peut te prendre la journée voire toute ta vie. Mais bon, tu veux renverser tes croyances et guérir tes blessures ou pas, crétin? Faut savoir. Allez, au « boulot » (« Work », lol)

Tu vas faire aujourd’hui le Work de Byron Katie, qui est une ptite madame un peu vieille mais qui a réussi à niquer leur mère à ses traumas en se posant 4 questions simples. C’est le tuto de l‘article 3, en somme. Oui je sais j’ai mis le temps. Ya 6 étapes de préparation et ensuite les fameuses 4 questions qui tuent, puis des retournements d’affirmation pour le tout, donc prévois quand même une petite demi-heure. nan jrigole, je t’ai dit de prévoir ta journée, pose une RTT va, c’est plus prudent.

Donc, tu vas choisir un sujet un poil épineux pour toi, du genre « mais bordel à cul de pine de cheval, pourquoi tatie Lucette m’a sodomisé avec son doigt tout frippé quand j’étais gosse? Putain j’en cauchemarde encore et du coup j’y repense à chaque fois que je fais caca. J’en peux plus, jvais la buter -ah non jpeux pu, elle a cané en 99. Jvais buter son fantôme alors. Ou jvais me buter moi-même pour oublier ce jour maudit. »

Ou tout autre sujet du même genre où t’en veux particulièrement à quelqu’un, pour à peu près nawak. Ça peut être un événement ponctuel de merde, ou un comportement habituel que cette infâme personne a envers toi, du genre « ça me soûle considérablement que mon père/boss/conseiller Pôle Emploi/besta n’arrête pas de me répéter que je suis un gros naze et que toutes mes décisions sont nazes. »

C’est bon, ça te parle? t’as ton bâtard à lyncher? Bien. Respire un bon coup, car tu vas bientôt et lui pardonner totalement, et te sentir super hyper bien, et te remettre en question par la même occasion.

Première étape. Ici, tu vas nommer ta cible (le bâtard) et exprimer l’émotion qu’il te fait ressentir quand il fait ce truc en particulier. Comme dans l’exemple si dessus, à l’aide d’un adjectif cette fois, genre « énervé », « triste », « stressé » etc.

Deuxième étape. Tu vas maintenant nommer ce que tu aimerais que la personne fasse / ne fasse plus, à l’aide de verbes d’action genre « arrêter », « voir », « comprendre ».

Troisième étape. Encore avec des verbes d’actions, édite une liste de trucs que tu penses que machin devrait faire pour changer cette situation, des trucs plus précis que lors de la deuxième étape. En fait là tu essaies de plus te mettre à sa place et trouver des solusses au problème, alors que le 2 c’est centré sur ton souhait égoïste de ne plus être emmerdé par son comportement.

Quatrième étape. Là tu reviens à tes besoins à toi par rapport à sa merde. Tu vas lister les trucs qu’il ou elle devrait faire, comprendre et même ressentir pour que tu sois heureuse/rassurée/en paix.

Cinquième étape. Celle-ci est de loin la plus fun: tu vas te lâcher et sortir tous les quolibets que tu lui attribues, sous forme d’adjectif ou de nom, genre « machin est condescendant, irrespectueux, méchant, narcissique ». Bref, tout plein de façons d’exprimer sa connarditude extrême.

Sixième étape. C’est l’étape du « plus jamais ça », sachant que tu vas donner un nom à « ça ». C’est quoi le truc, la situation, les mots, que tu ne veux plus jamais revivre avec cette personne? Ça peut être un truc qu’il se fait à lui-même et dont tu es le malheureux témoin (un peu comme Angelina qui divorce de Brad pasqu’elle ne veut plus jamais le voir se défoncer la tronche à la beuh devant la téloche- coucou les potins people!) ou un truc qu’il te fait directement (genre te cogner, carrément).

Fait? Bon, on va prendre le cas Brangelina pour rigoler, ok?

Tu pues la beuh, mec, tout le monde voit que t'es foncedé malgré tes lunettes de tox.
Tu pues la beuh, mec, tout le monde voit que t’es foncedé malgré tes lunettes de tox.

Normalement tu as une jolie petite liste qui ressemble à ça au minimum:

  1. Je suis déçue à cause de Brad pasqu’il fûme trop de beuh (tu peux rajouter: comme un gros porc, pour gérer maladroitement une colère sourde sûrement contre papa ou/et maman qu’il refuse de traiter correctement, faisant qu’il sabote sa vie, perd son temps et en plus, est incapable de se concentrer plus de 5 minutes sauf sur ses jeux vidéo, et évite toute discussion un tant soit peu philosophique avec moi sauf pour lire du Cioran, me donnant l’impression de vivre avec un ado décérébré alors qu’au départ je me tapait quand même l’homme le plus sexy du monde, merde. Quel putain de gâchis.)
  2. Je veux que Brad arrête de méfu, pardi, quelle question de merde sérieux (tu peux rajouter: et par extension, qu’il mette sa thune dans des trucs un peu plus censés, qu’il capte que s’il crache ses poumons tous les matins c’est peut-être bien lié aux 8 joints qu’il sirote toute la journée, et qu’il m’aime assez pour comprendre que j’ai pas une envie folle d’être veuve à 50 piges, ni qu’il finisse par me foutre sur la gueule un soir où son dealer ne peut pas lui refourguer sa dose)
  3. Brad devrait grave aller voir un psy (et arrêter de se la jouer caliméro pour justifier son comportement d’enculé de narcissique- tout le monde a subi une sorte de trauma de merde dans l’enfance, ça excuse pas de faire la drama-queen 3 fois par jour pour pathétiquement attirer l’attention- et avoir un peu plus d’empathie pour les gens qu’il soi-disant « aime », c’est à dire respirer un bon coup quand la colère lui monte aux joue, et rire de lui-même au lieu de se prendre pour le centre du monde)
  4. J’ai besoin que Brad arrête de me forcer à le regarder se détruire à petit feu (et qu’il comprenne que tant qu’il ne résout pas ses traumas, il continuera à être un putain de clampin incapable d’interagir réellement avec qui que ce soit-surtout lui même)
  5. Brad est débile ( ainsi que narcissique, aveugle à la souffrance d’autrui, absent émotionnellement, inconsidéré, dangereux, et très, très fatiguant)
  6. Je ne veux plus jamais passer une soirée entière à le voir se démettre le cerveau devant la télé (avec cette impression dégueu qu’il est dans sa bulle et qu’il peut péter un câble à tout moment si d’aventure il renversait son coca, par exemple, m’empêchant jusqu’à apprécier le programme -pourrave et pas intellectuel pour un sou- qu’on se tape depuis 4h)

Ok. Les 4 questions qui tuent, maintenant qu t’es chaud patate. Tu vas désormais retourner ces 6 affirmations dans tous les sens pour voir à quel point tu projettes tes propres angoisses sur ce pauvre Bradounet qui lui, ne demande qu’à t’aimer (à condition que tu lui trouves de la beuh même un dimanche soir dans un bled où tu connais personne). Je te fais l’affirmation 1 pour l’exemple, après tu te débrouilles.

Question 1: Est-ce que c’est VRAI? Est-ce que c’est vrai qu’il fume trop de beuh, Brady-Brad? C’est quoi « trop »? il devrait fumer zéro bédo, alors? Réfléchis-y sérieusement et normalement, tu devrais arriver à « bah, non, c’est un peu sa vie au gars, et puis je l’ai connu il fumait déjà comme un con et ça m’a pas empêché de le kiffer, donc bon ».) Mais bon, disons que t’as vraiment la haine et tu maintiens que OUI, il fume décidément trop. Ce connard.

Private joke sur The Shining. Ouais je sais, t'as capté de suite l'allusion et te crois donc intelligent. Sauf que tu fume trop de beuh. Oublie-moi.
Private joke sur The Shining/Mr Brady. Ouais je sais, t’as capté de suite l’allusion et te crois donc à ma hauteur. Sauf que tu fumes trop de beuh. Sois gentil, oublie-moi.

Question 2: Eske tu peux être absolument certain que c’est vrai (genre, une vérité empirique dénuée de doute)? C’est vraiment vraiment vrai qu’il fume trop, qu’il devrait pas fumer, que sa vie serait bien meilleure s’il arrêtait, et qu’il te fait du mal en se déglinguant les poumons? Et là émerge doucement l’idée que… bah t’es pas sa mère, t’as pas la vérité absolue non plus, et qu’aussi bien si le gars fumait pas, ça serait un psychopathe qui bute des gens régulièrement, et que la beuh est en quelque sorte son garde-fou et donc qu’en fait non, il fume pas trop, tout va bien.

Question 3: Ça te fait quoi, quand tu crois qu’il fume trop, ton Bradley? Attention, ceci n’est pas pareil que les émotions que ça te déclenche quand il fume, hein, là jte cause de ce que ta PENSEE provoque chez toi. C’est plutôt cool ou pas cool? Anxiété? Espoir? Colère? Amour? Passe moi tout ça en revue, plize.

Question 4: Et si tu n’avais pas cette croyance? Tu te sentirais comment? Visualise-toi ici avec Brad (oui je sais, tu mouilles, pas la peine d’en faire un foin, arrête on dirait toi-aussi une ado décérébrée là. Calme-toi et reviens-en au sujet, merci) qui est là comme une loque au bout de 3 bouffées de verdure, ses yeux rougeoyant doucement et se perdant dans le vide. Regarde-le bien et imagine qu’en fait, bah tu ne crois pas du tout qu’il fume trop. Que ça fait juste partie de lui et qu’en fait, tu t’en tamponnes largement la mouline, que ce problème n’est et n’a jamais été un problème. Là normalement tu te sens toute légère (en même temps si tu es Angelina tu pèses 32 kilos toute mouillée, c’est donc assez logique comme sensation, mais bref. Tu m’as compris.)

Alooooors? t’as débloqué des levels de conscience intersidérale, chouchou?

Attend, c’est pas fini. T’aimes les crêpes? Évidemment. Tout le monde aime les crêpes. Si t’aimes pas les crêpes c’est que t’es un reptilien. Si donc t’es pas un alien Annunaki et que t’aimes les crêpes, tu vas aisément retourner toutes ces affirmations dans la joie et la bonne humeur. Suis-moi.

retourner-croyances
Putain mais lol le gif que je t’ai trouvé, quoi.

Tu peux désormais reprendre tes 6 affirmations et faire un ptit jeu de pronoms et de négations. J’explique.

Par exemple, pour le 1, « Brad fume trop de beuh », tu as les options suivantes:

  • Brad ne fume pas trop de beuh
  • Je fume trop de beuh

Alors évidement, si toi tu fumes pas, ça marchera pas. Mais tu vois le truc. Pour le 3, exemple plus concret (J’ai besoin que Brad arrête de me forcer à le regarder se détruire), ça fera alors:

  • Brad ne me force pas à le regarder se détruire (opposé total)
  • Je force Brad à le regarder se détruire (tu renverses les rôles)
  • Je me force à regarder Brad se détruire, voire « je me détruis/ Brad ne se détruit pas/Je force Brad à me regarder me détruire » (total mind-fuck inception-style, ce que n’approuve pas Byron Katie mais moi je trouve ça fun car l’idée est de jouer avec ses croyances, pas de suivre un protocole à la con)

Et là tu vois qu’en fait, ma ptite Angèle-Lina (bien plus classe que ce prénom d’actrice porno de seconde zone dont t’ont affublé tes parents, vois-tu), tu te focalises sur des trucs de merde en oubliant que tout ce que tu penses ne vient que de ton ego qui tente par tout les moyens de chercher un problème partout, t’obligeant à te concentrer dessus pour le résoudre, jusqu’à ce que cancers s’en suivent.

Évidemment, cela n’aura pas pour effet la résolution de ton problème du jour. Ce jeu est fait pour t’en distancier uniquement, à le voir sous un autre angle, et à comprendre que tout ce que tu crois est en réalité une infime partie de ce qui est vraiment. Ce n’est pas du tout destiné à te sentir coupable, juste à voir que les problèmes viennent de ton ego, t’évitant de tomber dans le jeu préféré de Brad que tu détestes tant -et à raison-, j’ai nommé: l’apitoiement sur soi, le rôle de victime.

Et au final, cela te permettra soit de rester avec lui et de le regarder fumer non-stop avec un sourire béat sur le visage (ce que je ne te conseille personnellement pas), soit de le larguer gentiment. Mais tu feras tout ceci avec joie, confiance en toi et… amour.

Amour pour toi surtout, te permettant par la même occasion, quand dans 2 ans il reviendra t’expliquer qu’il te remettrait bien une petite cartouche en souvenir du bon vieux temps, de rigoler et de ghoster ses avances pourries comme il se doit, puisque le travail (le Work, quoi) aura ancré dans ton coeur la saine certitude (pas la croyance bébête en mode Couet « ce mec est un connard ») que toute cette merde n’en valait vraiment pas la peine, Brad Pitt ou pas, bordel. Et qu’en plus, tu lui souhaites des heures de fun à trouver sa beuh à la con, sans toi qui as une vie bien meilleure depuis que tu es partie et a respecté tes valeurs. Ouais voilà, Girl power, si ça peut te faire plaisir. Et n’oublie pas:

responsable-bonheur
Rien à voir avec l’article mais j’avais envie de mettre cette citation. Voilà. Fais un Work dessus si ça te pose un problème, bécasse.

 

Facebook Comments
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*