[TEST 9] Quel junkie es-tu?Prend 6 minutes de ta life à lire

junkieA quel point appartiens-tu au monde? Une chose est certaine : tu n’as à priori pas choisi d’être jeté ici-bas. Et depuis ton premier souffle, plusieurs choix de personnalité s’offrent à toi comme autant d’alléchantes propositions de stage non-rémunérés. Tu as le droit de faire le choix de l’indépendance forcenée de la chienne de garde « qui n’a besoin de soneper » ou bien être la codépendante borderline prête à se taillader le poignet si son mec ne lui dit pas « je t’aime mon amour » tous les soirs. Tu es soit ultra nomade, soit ultra sédentaire. Soit tu changes de taf chaque année, soit tu acceptes un CDI avec mutuelle incluse. Ou bien tu as trouvé la voie royale, celle du milieu? Tente ta chance ici.

Question 1 : Au réveil :
1- Tu dis bonjour à tes orteils, à ton chat, à ton ficus, tu ouvres les volets et dis bonjour au Soleil, qui te le rend avec un clin d’oeil affectueux, même s’il pleut
2- Tu médites et essaies de ressentir le flow de la vie intersidérale passer à travers toi
3- Tu checkes tes messages sur ton phone. Direct, sans préliminaires ni vaseline pour tes yeux encore tout collés de sommeil.

Question 2 : En teuf :
1- Au bout d’une heure tu connais déjà les prénoms de tout les participants, même en sachant que tu ne les reverras probablement jamais
2- Tu gobes un toncar et restes dans ta bulle toute la nuit
3- Tu t’incrustes à danser avec la personne présente qui danse à peu près comme toi et qui accepte de te faire du eye contact

Question 3 : Les anniversaires :
1- Tu as un carnet avec toutes les dates dessus, et tu n’oublies jamais d’envoyer au moins un « gros bisous de [Insert your name] sur facebook
2- Tu as déjà bien du mal à te souvenir de la date de naissance de ta mère, ce qui te pose souvent problème à la mairie
3- Si jamais celui de ta meuf concorde avec celui d’un de tes potes ou parent, c’est fini, ils peuvent t’oublier

Question 4 : Quand ça va pas :
1- Tu te forces à sortir avec tes potes, et tu le regrettes rarement
2- Tu relis Cioran en triturant une corde
3- Tu téléphone au secours la seule personne qui t’aime vraiment : ta tante, ton meilleur pote, ton ex

Question 5 : Tes ex, justement :
1- Elles ont fait de toi ce que tu es, tu ne leur en veux de rien et les remercies pour l’expérience
2- Ils sont morts à tes yeux, t’as oublié leur prénom. Celui avec qui tu es aussi, d’ailleurs.
3-Tu as gardé une mèche de leurs veuchs et invoque périodiquement des démons pour leur tomber dessus, ou au contraire passes des soirées à remater leurs photos en chouinant

Question 6 : Quand tu es malade :
1- Tu vas voir le premier docteur de ton quartier ; après tout, le mec à ses diplômes, tu lui fais confiance. un doc, c’est un doc, quoi.
2- Tu t’enfermes et bois des infusions de thym-citron-canelle jusqu’à ce que ça passe ou que mort s’en suive
3- Tu vas voir ton docteur, Pas son remplaçant. Jamais. TON docteur.

Question 7: t’es marié mais quelqu’un qui te plaît te drague au taf
1- Tu en parles à ta femme et lui proposes un ménage à trois. Elle a le droit de savoir et en plus, c’est une opportunité, donc bon.
2- Tu la baises en scred, ta femme n’en saura jamais rien.
3- Tu lui montres ta main et la bague sur ton annulaire, en mode « parle à ma main » (mégalol)

Question 8: quelqu’un t’insulte dans la rue:
1- Tu rigoles et lui demandes ce qu’il a bien pu subir pour en arriver là.
2- Tu le frappes.
3- Tu pleures.

Question 9: quelle heure il est?
1- Entre le lever et le coucher du soleil, à 30 minutes près.
2- Bientôt l’heure de faire tes étirements ou ton masque de peau au miel
3- Il est 14h17 et dans 3 minutes ta meuf va te téléphoner, t’en es télépathiquement certaine

Question 10 : ce qui te soûlerait le plus avant de crever
1- Ne pas avoir fini ton tour du monde
2- Tellement manquer de thunes que tu doives vivre en colocation ou chez ta mère
3- Ne jamais trouver ton âme-soeur
Résultat :

Majorité de 1: tu es interdépendant

Bravo! Tu est officiellement un vrai hippie. Tu aimes tout le monde. Quand je dis tout le monde, c’est tout le monde, toi inclus. Tu es du genre à comprendre les ondes gravitationnelles car tu les ressens dans ton corps depuis ta naissance. Tu as tout compris à l’illusion, qu’elle soit matérielle ou temporelle. Pourtant, tu joues le jeu du vivant, car tu sais d’instinct que la vie est un un jeu, et pas juste un je. Tu arrives à cultiver des amitiés fortes tout en sachant qu’elles sont toutes possiblement éphémères. Tu as compris le principe de l’inter-connection: au début, il y avait quelques mecs séparés ont fini par se rencontrer. Choc. Mais la il y a plus de choc, tout le monde est connecté. Il y a Internet. Si tu veux, tu peux parler d’un big crunch intellectuel, et tu en fais pleinement partie. Bref, tu m’a tout compris et n’as pas besoin de lire l’article 9. Cependant, attention à ne pas t’éparpiller ni à devenir un connard de junkie New-Age aux cheveux dégueulasses ou à sombrer doucement vers une solitude intemporelle. Planer c’est bien. Partir dans tous les sens, c’est moins bien.

Majorité de 2: Tu es indépendant

Ça a l’air bien comme ça, en tout cas selon ton père -comme ça il peut garder sa thune pour se payer des putes-, mais en vrai, ça te rend psychotique au possible. Que tu le veuilles ou non, tu es un animal social. Donc oublie de suite le délire « azy jme cale au fond d’un bois et j’en bouge plus de ma life ». Même si c’est très tentant, tu risques de rater une bonne partie de ce que la vie a à t’offrir. Je sais bébé, les gens, c’est con, c’est chiant, ça pue souvent du bec et ça a des dées politiques sans fondement. Mais quand tu te retrouveras sur un lit d’hôpital, tu ressentiras un poil de jalousie quand tu verras ton voisin de chambre recevoir des visites enjouées de ses proches, et que toi, ton seul contact humain, ça sera Mathilde l’infirmière barbue et ses nichons qui pendent sous sa blouse. A toi de voir.

Majorité de 3: Tu es codépendant

Chaque année, tu regardes la redif de Love Actually et tu te dis que ouais, la seule façon pour toi de te sentir vivant, c’est d’écrire des lettres enflammées à « the one » jusqu’à ce que mort s’en suive. Le souci, c’est que dans ta ville, ya à peu près 38 « the one » possibles, et que donc, quand « the one #1 » te fera du ghosting, bah fatalement, tu finiras par aller chercher « the one #2 », et ce petit jeu de dupes continuera jusqu’à ta mort. Et en attendant ce jour fatal (pléonasme), cette situation te mettra dans un état d’esprit fort négatif (euphémisme). Et toi, qui es-tu ? T’es-tu jamais posé la question? A trop vouloir vivre au travers de l’Autre, tu t’es perdu en route. Tu n’es pas obligé pour rattraper le coup, de devenir une garce individualiste, mais de trouver un juste milieu un tant soit peu sain.

Facebook Comments
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*