[TEST 15] Quel dépressif es-tu?Prend 11 minutes de ta life à lire

Si jamais tu te sentais pumpédeup en ce début d’été, voici un petit test pour bien te foutre le seum et découvrir à quel point tu vas mal. De rien mon amour.

Question 1- Ta qualité première, tu dirais que c’est :

  1. Ton énergie débordante qui te permet de rendre des services à tous ceux que tu aimes. Et tu aimes la terre entière.
  2. Ton côté sociable et fonceur : t’as pas peur des gens nouveaux et quand t’as un projet, tu vas jusqu’au bout.
  3. Ta créativité : que ce soit en art ou pour résoudre (ou créer) des problèmes, ton imagination est sans limites

Question 2- Depuis Macron, t’as envie de créer ta start-up ou devenir libéral. Mais t’as pas une thune :

  1. Tu tapes des sous à mamie pour t’offrir les services d’un coach personnel en confiance en soi qui t’apprendra à réussir à convaincre ton banquier de te lâcher un crédit pour t’acheter une voiture ou des outils pour démarrer ton affaire dans un domaine que tu ne connais presque pas mais dans lequel t’es certaine de devenir très riche très vite pasque t’as un commerçant de ton quartier qui a réussi là dedans et qui va t’aider à décoller
  2. Tu montes en quelques semaines une pyramide de Ponzi avec les économies de tes connaissances (voire famille)
  3. Tu pleurniches auprès du CCAS, de Popolemploi, et des boîtes de gestion de ta région pour obtenir un dossier d’aide au financement d’une formation à la création d’entreprise tout en mettant péniblement trois sous de côté par mois afin de réunir assez de trésorerie au cas où ça se casse la gueule

Question 3- Le truc qui te prend le plus de temps :

  1. Gérer la revente de tes achats compulsifs sur amazon et leboncoin / rattraper tes conneries administratives pasque t’as mal rempli les dossiers
  2. Raconter au tél / resto / pub / sur les interwebs / en week end avec ta meuf/ bref partout, combien ta vie craint du fion et comment ce pays est mal géré et pourquoi c’était mieux avant bordel de merde
  3. Dormir

Question 4- La zic qui te correspond le plus niveau paroles :

  1. Bien Mal par Philippe Katerine : tu changes de mood en 14 secondes chrono comme les bébés
  2. Poker Face de Lady Gaga : même quand ça va pas, personne le sait
  3. Red de Daniel Merriweather : ça va jamais, en gros

Question 5- Il t’arrive de mentir :

  1. Par omission seulement, et encore, rarement. T’es plutôt très cash
  2. Bah disons que t’as ton jardin secret, comme tout le monde, nan ? En fait tu mens souvent mais tu attends juste le bon moment pour l’avouer
  3. Tu détestes le mensonge par dessus tout mais il t’arrive de mentir pour te protéger ou pas créer de conflit

Question 6- Ta substance/vice de prédilection :

  1. Ce qui se tape. Les drogues dures type coke ou LSD
  2. Ce qui se boit. L’alcool
  3. Ce qui se fume. La beuh

Question 7- Le yoga, pour toi c’est

  1. Vital, une obligation si tu veux pas imploser
  2. Un bon moyen de rencontrer des meufs baisables et vulnérables des gens dans le même délire que toi
  3. Un moment pour essayer de te reconnecter à tes sensations et émotions sans trop cogiter

Question 8- Ton mec te largue :

  1. Tu fermes tes comptes sur les réseaux sociaux, te rases la tête, changes de num de portable, et pars en centre holistique pour 6 mois au fond d’une forêt
  2. Tu te remets sur Meetik 32 minutes après et expliques ta séparation à tes proches par le fait que « le pauvre, il était gentil hein, mais pas très stable dans sa tête de toutes manières »
  3. Bah, c’est ni la première ni la dernière fois que tu te fais tej, donc classiquement, tu chiales comme une merde pendant des semaines, volets fermés, persuadée que personne ne voudra plus jamais de toi tellement t’es qu’une merde. Oué je sais, ça fait deux fois « merde ».

Question 9- En fait, ton modèle de relation de couple parfait, c’est quoi ?

  1. Hum… tu hésites entre : l’amour unique et constant, rester célibataire à vie, la polygamie, le polyamour, le triolisme, le mariage blanc, et le partenariat de vie. Ou alors de la colocation sex-friends ? Hum. Tu te tâtes.
  2. Tu rêves de polygamie assumée mais vu la sensiblerie des gens, tu opteras pour une monogamie de façade avec un ou deux à côtés histoire de pas trop te faire chier au pieu tout en pouvant dire je t’aime à quelqu’un en rentrant chez toi (et que le ménage soit fait)
  3. L’amour fusion, le « nous » en tant qu’entité indissociable, toute la panoplie mariage-maison-toutou-bébés-vacances-barbeuq entre voisins / en famille, créer ta crew, ton ptit univers bien clos, le cocon éternel jusqu’à la mort

Question 10- Conclusion, tu es quel genre de coup ?

  1. De sang
  2. Bon
  3. De blues
Verdict absolument pas médical ni objectif

 

Majorité de 1 : Tu es Maniaco-Dépressif, c.a.d Bipolaire

Ton mot-clé : la dichotomie. Kézako ? Tu vacilles entre à peu près tous les concepts disponibles en ce bas monde telle la flammèche d’une bougie torturée par des vents capricieux, prête à s’éteindre à chaque bourrasque. Bref, tu es une girouette instable. Parfois tu sais tout (phase maniaque) et parfois tu sais rien (phase dépressive). Impatiente hyperactive, il te faut des activités et des trucs à faire constamment. C’est la déprime et la chute dans tes vices de choix qui t’attendent chaque wouikend pasque c’est calme, très calme, trop calme. En crise maniaque -pas maniaque genre où tu te laves 18 fois les mains par jour, maniaque genre tu as le sentiment d’être le roi du monde et de pouvoir tout accomplir, NDLR- tu passes en mode dépenses impulsives : au fond tu sais que tu dois économiser du fric pour payer ton crédit mais il te faut ABSOLUMENT cette chemise à 130 boules (elle est soldée à -20% ? alors là c’est la fête, t’en prends 5, persuadée d’avoir fait des putains d’économies) pour avoir la classe et choper un bon taf afin de justement gagner du fric – fric que tu dépenseras probablement dans l’heure. Quand tu comprends que t’as encore fait nawak, tu te remets en question profondément mais bientôt, un nouveau délire grand projet irréaliste devient ta super priorité. Tu bassines donc tes proches avec des monologues au débit insoutenable pour tout être humain normalement constitué, mais ton épiphanie t’obsède trop pour garder ça pour toi. Car toi au moins, tu es dans l’honnêteté à tout prix et le partage. Surtout celui de tes emmerdes prévisibles, de tes résolutions éphémères et de tes doutes existentiels. Et en bonus celui de tes sautes d’humeur, voire de tes coups de colère soudains à en péter un meuble, alors même que tu sors à peine d’une heure de méditation transcendantale.

Conclusion : Pile électrique fatigante mais tellement attachante par ta vulnérabilité et ta générosité de cœur avec tes proches (quand tu arrives à focaliser ton attention plus de 2 minutes sur quelque chose d’autre que ton nombril -on t’a peut être dit enfant que t’avais un trouble du déficit de l’attention ? Si tu n’as pas réussi à aller au bout de ce paragraphe sans checker ton phone/gmail entre deux phrases, c’est plus que probable que oui). Le test complet de bipolarité ici.

Majorité de 2 : Tu es un Faux Dépressif, c.a.d Sociopathe Narcissique

Pas la peine de pleurnicher sur ce verdict bébé, je vois ton duping delight de loin. Ton mot-clé : manipulation. Pragmatique invétéré, tu sais ske tu veux dans la vie et estimes que la fin justifie les moyens. Tu n’as donc aucune honte à t’avouer opportuniste et sais identifier les failles des gens pour t’y implanter et obtenir ce que tu veux d’eux, que ce soit via la flatterie/lovebombing ou le chantage pur et dur. Dans cette optique, il t’arrive parfois de verser des larmes de crocodile car au fond, tu aimerais bien chialer pour des vraies raisons. Mais comme t’as officiellement tout pour toi, tu veux faire le bonhomme et rejettes cette douleur intense liée à une blessure d’injustice, de rejet ou d’abandon infantile non traitée, la transformant en catastrophisme mondain. Souvent obsédé par l’argent (tu en as mais pas assez à ton goût), tu n’hésiteras pas à transgresser la loi pour escroquer voire carrément voler, certain que ce n’est qu’un juste retour des choses puisque la vie ne t’a pas gâté. Ta vulnérabilité est sous le tapis et quand elle ressort ça te refourgue un comportement de borderline, genre niquer 17 mecs d’affilée, ou te scarifier -en plus du psoriasis/zona/eczéma qui te ronge la peau. Presque incapable de ressentir de l’empathie car tu estimes que « tout est une expérience », tu finis par ne même plus en avoir pour toi-même : tu as tellement besoin d’attention que tu fais autant de mauvaises que de bonnes actions, quitte à ce qu’on te crache à la gueule (au moins on parle de toi). Tu ne ressens aucun besoin de consulter un psy « pasque merde, je suis pas dingo moi ! Comparé à tous ces connards! » et franchement je te le déconseille : tu arriverais bien malgré toi à lui faire croire ske tu veux grâce à ton bagout à la logique imparable. Ou alors le psy sera bon et comprenant ton délire, te reverra juste pour te prendre tes si précieux sous-sous *sourire sardonique mode arroseur-arrosé-inception-style *

Conclusion : drama-queen irritante souvent enjouée, pleine d’idées et de ressources, tu gères pas trop mal ta vie pour quelqu’un aux bases psychologiques aussi péraves… à ceci près que tu es très toxique pour à peu près n’importe quel être vivant. Oui je sais, c’est assez déprimant comme idée.

Majorité de 3 : Tu es Dépressif Chronique, c.a.d Dysthimique

Bon clairement toi, ton mot-clé, c’est pathos. Pathos, c’est la douleur. Qu’elle soit physique ou mentale, rien ne va vraiment jamais. Évoluant dans un état quasi-permanent de « chais pas ske j’ai » -la fameuse alexithymie- tes niveaux d’énergie frôlent le zéro pointé, sauf bien évidemment tard le soir, moment où ton cerveau décide de te faire cogiter en boucle sur des sujets aussi existentiels type « où va le monde » qu’anxiogènes « j’ai fermé le gaz ou pas ? Serait-ce si grave si je mourais asphyxiée cette nuit ? A qui je manquerais, sérieux ? Bon allez Babette arrête tes conneries, prend un anxiolytique et hop au dodo, demain ya redif d’Affaires Non Élucidées, tu veux pas rater ça, si ? Couillonne va ». Souffrant d’un grand manque de confiance en toi, tu es du genre à dire pardon à un réverbère quand tu t’y cognes. D’ailleurs l’adjectif que tu entends le plus souvent à propos de toi est « sympathique » : tu es celle qui fait écho à la souffrance du monde entier. Même celle des réverbères. Tu restes même sympa avec tes éventuels bourreaux, genre employeur sociopathe ou parent violent, mais gardes une colère sourde au fond de tes tripes. Tu te payes donc un sale choc à chaque fois que tu entres en interaction sociale et cela te rend souvent apathique : d’un coup, tu te retrouves incapable de ressentir quoi que ce soit, ni même bouger, manger, baiser, respirer, rien. Tu te réfugies donc dans celle que tu surnommes affectueusement « ta bulle », espace peuplé de fantasmes hollywoodiens inassouvis et délusionnels. Et te noies dans tes larmes lorsque tu réalises que tu passes ta vie à rêver celle-ci sans jamais entreprendre la moindre action pour vivre tes rêves. Ce qui est, pour le coup, vachement déprimant pour tes proches qui ne peuvent que te donner moults conseils tombant dans l’oreille d’un sourd, obligés donc de te regarder ne rien faire. Ou de regarder des redifs d’émissions pourries et morbides avec toi. Au choix.

Conclusion : Artiste mâtiné autiste, tu es respecté pour ta -trop rare- production d’œuvres de qualité, même si ces dernières ne sont que la vomissure de ta noirceur interne, comme quand tu écris tel un ninja des internets un blog dans lequel, sous couvert de pseudo recherches, tu fais passer toutes tes rancœurs bien salaces -n’ayant pas le cran de directement les exprimer aux personnes concernées. Que dirais-tu de troquer ton hypocrisie souriante par ton authenticité ? Un petit exemple pour te former à arrêter d’être trop -faussement- gentil.

Allez, bon été quand même, hein.
Facebook Comments
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*